Journée mondiale de l’asthme : une piqûre de rappel s’impose

La journée mondiale de l’asthme se déroule aujourd’hui, le mardi 3 mai 2016, sur le thème « Asthme : votre enfant est asthmatique ? Des conseils pratiques pour l’aider au quotidien ! ». Cette journée, organisée au niveau mondial par la Global Initiative for Asthma (GINA), a pour objectif de faire évoluer notre vision vis-à-vis de l’asthme et de lutter contre les idées reçues.

Qu’est-ce que l’asthme ?

asthme

L’asthme est une maladie chronique qui se caractérise par des crises récurrentes où l’on observe des difficultés à respirer. Lors d’une crise d’asthme, la paroi des bronches gonfle, leur calibre rétrécit, d’où une réduction du débit de l’air respiré. Aux crises d’asthmes sont généralement associées des insomnies, une fatigue diurne, et une baisse de l’activité.

Quelques chiffres

Asthme

En 2016, les chiffres de l’asthme restent préoccupant. Dans le monde, on ne compte pas moins de 300 millions d’asthmatiques et 225 000 en meurent encore chaque année. L’asthme sévit dans tous les pays, quel que soit leur niveau de développement. La France n’est pas épargnée : 4 millions de Français souffrent de cette maladie chronique, et plus d’un quart d’entre eux sont des enfants et des adolescents. D’ailleurs, le nombre d’adolescents malades a augmenté de 40% sur les quinze dernières années.

Quelles sont les causes de l’asthme ?

Les causes profondes de l’asthme n’ont pas été entièrement élucidé. D’après l’OMS, son développement est lié à l’association d’une prédisposition génétique et de l’exposition à des particules présentes dans l’environnement. Les chercheurs de l’Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques (INERIS) se sont penchés sur la question. Ils notent une augmentation des admissions hospitalières pour crises d’asthme lors de forts pics de pollution, indépendamment des conditions climatiques. Ils mettent également l’accent sur le rôle des particules dans la pénétration profonde des allergènes.

Comment agir ?

Bien que le nombre d’asthmatiques progresse, les spécialistes affirment que presque tous les décès qu’on lui incombe pourraient être évités si l'asthme était dépisté et les traitements suivis. En effet, en 2016, l’asthme est encore sous-diagnostiqué, insuffisamment traité et incomplètement contrôlé chez 6 asthmatiques sur 10. Ce sont sur ces points qu’il faut donc concentrer ses efforts.