Your browser does not support JavaScript!
Ce site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus...

Pollution de l'air intérieur - Lutter contre les micro-organismes

Les micro-organismes sont l’une des premières menaces qui pèsent sur la qualité de notre air intérieur. Leur prolifération peut avoir des effets néfastes sur notre santé : problèmes respiratoires et oculaires, réactions d’hypersensibilisation, etc. Pour s’en prémunir, il est primordial de savoir en identifier les sources et d’adopter les bons gestes au quotidien.

1. Combattre les moisissures

Pollution par la moisissure

Les moisissures sont des micro-organismes redoutables. Il s’agit de champignons microscopiques, qui se développent dans les endroits chauds et humides : la salle de bain, la cuisine, la cave ... Une récente étude de l’Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur (OQAI) révèle que 37% des logementsprésentent des micro-organismes sous cette forme. Attention : 64% des contaminations sont masquées lors d’un simple examen visuel.

Les moisissures se reproduisent en libérant dans l’air intérieur des toxines et des substances volatiles en grandes quantités. Ces spores de moisissures sont inhalées par l’homme en même temps que les pollens, la poussière et d’autres particules fines et ultrafines. Elles sont susceptibles d’entraîner des symptômes respiratoires pulmonaires ou ORL, de rhino-conjonctivite, de sinusite.

Quelques conseils :

  • Maintenez un taux d’humidité compris entre 40 et 60% et une température de l’air intérieur entre 18 et 22 degrés.
  • Surveillez l’apparition de taches vertes ou noirâtres sur les murs, sols et plafonds, des pièces chaudes et humides (salles de bains, cuisine, cave, etc.)
  • Si vous avez des moisissures, passez dessus une éponge imbibée d'eau de javel et laissez agir une journée. Puis, lessivez la surface contaminée.

2. Stopper net la prolifération des bactéries et des virus

Bactérie et virus

Les bactéries sont des micro-organismes bien connus. Il s’agit de minuscules organismes unicellulaires dont la taille est de l’ordre du micron. En règle générale, l’air à l’intérieur des bâtiments présente un niveau de bactéries plus élevé que l’air extérieur. Celles-ci prolifèrent nettement plus en hiver qu’en été, à cause du manque d’aération des logements.

Les virus sont moins problématiques que les bactéries. La transmission de ces micro-organismes - par exemple le rhume ou la grippe - se fait à proximité ou au contact d’un hôte infecté. Les virus ne survivent pas longtemps en suspension dans l’air.

Quelques conseils toutefois pour les éviter :

  • Évitez l’humidité : aérez ou utilisez un déshumidificateur si nécessaire.
  • Limitez l’accumulation de poussière dans le système de chauffage, de ventilation et de climatisation de l'air intérieur dans votre logement.
  • Pensez à aérer votre logement, même en hiver.
  • En complément de l’aération régulière du logement, un purificateur d’air adapté constitue un moyen efficace d'éliminer les bactéries et virus présents dans l'air intérieur.

Efficacité des ioniseurs d'air TEQOYA contre les bactéries

En savoir plus...

3. Lutter contre les acariens

Pollution par les acariens

Les acariens - de petits animaux microscopiques de la famille des araignées - viennent s’ajouter à la liste des micro-organismes. Ils aiment la literie, les canapés et fauteuils en tissu, les tapis, les rideaux, les moquettes, etc. Ils se nourrissent de fibres textiles et de squames de peau humaine. Leurs déjections et débris de carapaces peuvent contenir des allergènes qu’on peut retrouver dans l’air sous forme de micro-particules (lisez la suite !).

Pour les éviter :

  • Évitez l’humidité et ne surchauffez pas votre logement (22° degrés maximum).
  • Évitez les tissus textiles (canapés et fauteuils en tissus, tapis, rideaux, moquettes…).
  • Utilisez des housses anti-acariens intégrales pour la literie, des sommiers à lattes.
  • Aspirez régulièrement votre logement.

4. Limiter la présence des allergènes

A l’instar des moisissures et des animaux domestiques, les insectes (blattes), les acariens et les plantes émettent des allergènes. Ces agents microscopiques peuvent être à l’origines de violentes réactions du système immunitaire (allergies) après contact, ingestion ou inhalation. Ils peuvent provoquer des rhinites, de la gêne respiratoire, une infection des yeux, des troubles oculaires.

Les allergènes d'animaux

Pollution par les animaux

Les allergies dues aux animaux se manifestent surtout en hiver. La maison est fermée, et l’animal reste dans le logement, polluant l’air intérieur.

  • Brossez et lavez régulièrement votre animal.
  • Interdisez lui l’accès à certaines pièces.
  • Passez l’aspirateur plusieurs fois par semaine.

Attention aux pollens !

Pollution par les pollens

Le retour du printemps provoque la floraison et donc la diffusion de pollens dans l’air. Ils peuvent pénétrer à l’intérieur des logements par le système de ventilation et par infiltration (fenêtres, portes, cheminées). Surtout, pollens et pollution forment un dangereux cocktail ! En effet la pollution (par exemple l’ozone) agit sur la structure des pollens et renforce leur allergénicité. Il est donc primordial de limiter la prolifération des pollens dans l’air intérieur.

  • Surveillez les pics de pollution et de pollen sur le site du Réseau National de Surveillance Aérobiologique.
  • Veillez à renouveler l’air intérieur de votre logement, en aérant de préférence le matin et le soir.
  • Attention à certaines plantes d’intérieur, qui disséminent des pollens allergisants dans le logement.
  • Changez de vêtements et lavez vos cheveux plus fréquemment, parce que les pollens s’y accrochent.
  • Faites sécher votre linge à l'intérieur plutôt qu'à l'extérieur.

Un purificateur d'air peut vous aider à mieux combattre les allergies de printemps. Les purificateurs d'air TEQOYA, simples d'usage et silencieux, sont les plus adaptés.

Découvrez notre gamme de purificateurs d'air

Veuillez entrer une adresse mail valide