Your browser does not support JavaScript!
Comme tout le monde, nous utilisons des cookies. Vous pouvez en savoir plus sur leur utilisation en consultant notre politique de confidentialité.

Poussières toxiques et prévention des maladies professionnelles : les métiers du bois

Les poussières, très fines particules en suspension dans l'air susceptibles d'être inhalées, peuvent être d'origine minérale (calcaire, verre, silice, amiante, oxydes...), métallique (fer, zinc, cobalt, étain, cuivre, bronze, acier...), végétale (bois, coton, céréales, farine...) ou encore venir de matières plastiques ou de déjections animales. Les métiers manipulant ces matières sont exposés quotidiennement à des poussières qui impactent directement leur santé. Selon l'enquête SUMER 20171, 1 salarié sur 10 est exposé à au moins un produit cancérogène dans l'exercice de sa profession.

I- Quels liens entre poussières et maladies professionnelles ? Rappel des faits2

Lorsque leur taille dépasse 10 microns, les poussières sont retenues par les fosses nasales. Plus petites, elles pénètrent au-delà du larynx, jusque dans les bronches voire jusque dans les alvéoles si le taux de poussières est très élevé. Les plus fines, moins de 0,5 microns, peuvent suivre la ventilation pulmonaire. Dans tous les cas, leur accumulation sur le long terme provoque des effets néfastes sur la santé, parfois jusqu'à des maladies chroniques évolutives graves ou des cancers.

Poussières toxiques de bois : pénétration dans l'organisme 

Figure 1 : Pénétration des poussières dans l'organisme selon leur taille - Source : Ministère du travail, du plein emploi et de l'insertion

Les poussières peuvent être émises lors de différentes actions :

  • Lors du procédé de fabrication : extraction, broyage de matériaux, concassage de minerais, usinage, sciage, perçage et ponçage de métaux, de bois, matières plastiques ;
  • Lors du transport, de la manipulation ou du stockage notamment de matériaux pulvérulents (poudres, pellets...)
  • Ou encore lors de phases de démolition ou de nettoyage.

Les poussières dites sans effet spécifique (PSES) ne présentent pas de toxicité particulière, mais elles impactent la qualité de vie au travail et la performance des collaborateurs en créant des gênes respiratoires, en favorisant l'émergence de rhinites, d'allergies voire d'asthme professionnel. A long terme, lorsque l'exposition dépasse la capacité d'épuration des poumons, elles peuvent engendrer des conséquences graves, comme des bronchopneumopathies chroniques obstructives ou des fibroses pulmonaires. Par ailleurs, leur capacité à fixer des molécules gazeuses présentes dans l'atmosphère peut accroître leur nocivité.

D'autres types de poussières sont directement toxiques pour la santé, avec des effets fibrogènes (prolifération de tissus conjonctifs au niveau des poumons) ou cancérigènes. Parmi les cas maladies professionnelles ayant entraîné des conséquences dramatiques pour certaines professions, on se souvient par exemple de :

  • La silicose, entraînant progressivement la scarification des poumons, incurable et souvent mortel. Les premières victimes ont été les métiers de la pierre, du verre et de l'extraction notamment de charbon.
  • Les cancers liés à l'amiante. Résistante au feu et aux agressions chimiques, l'amiante a particulièrement impacté les métiers du BTP, avec des cancers du poumon pouvant se manifester jusqu'à 40 ans après l'exposition.

Dans cet article, nous avons choisi d'analyser la toxicité de poussières moins présentes dans l'actualité, et pourtant bien nocives pour les professionnels concernés : les poussières de bois, deuxième cause de reconnaissance de cancer en tant que maladie professionnelle par le système de réparation de la sécurité sociale français (INRS, 2011) après l'amiante.

II- Poussières de bois : 450 000 professionnels français exposés à un agent cancérogène

Susceptibles de provoquer des maladies respiratoires à court terme mais aussi des cancers plusieurs dizaines d'années après l'exposition, les poussières de bois sont classées comme agents cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR) par le Code du Travail français. Il impose, depuis 2004, une valeur limite d'exposition professionnelle sur 8 heures de 1mg/m3. Les normes fixées par l'Union Européenne sont légèrement moins contraignantes mais viennent d'être renforcées : au 17 janvier 2023, les limites d'exposition professionnelle fixées par l'UE sont passées de 3 mg/m3 pour les poussières inhalables de « bois dur 3» à 2 mg/m3.

De son côté, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) considère les poussières de bois, quel que soit le type de bois, comme un cancérogène avéré pour l'homme.

En France, près de 450 000 salariés sont concernés, soient 1,8% de l'ensemble des salariés. Cette estimation est sous-évaluée car de nombreux professionnels exposés aux poussières de bois disposent de statuts non-salariés. Les 2/3 travaillent dans la filière bois- ébénistes, métiers de l'ameublement, agenceurs, conducteurs de machines à papier, designers industriels, bûcherons, métiers de la scierie... et 1/3 dans les métiers de la construction - artisans du bâtiment, charpentiers, menuisiers.

Poussières toxiques : expositions des métiers du bois aux maladies professionnelles

Figure 2 : Expositions aux poussières de bois chez les travailleurs salariés et non-salariés en France en 2017 - Source : Article Santé Publique France


Actuellement, chaque année, environ 80 cas de maladies professionnelles liées aux poussières de bois sont reconnus parmi les salariés du régime général de la Sécurité Sociale. Le risque augmente avec la durée et l'intensité de l'exposition aux poussières de bois. Comme le montre le tableau du régime général de la Sécurité Sociale ci-dessous (figure 3), leur niveau de gravité est variable : allergies, irritations des yeux et conjonctivites, rhinites et affectations des voies respiratoires, des muqueuses ou de la peau, comme de l'eczéma en cas de contact cutané, toux, dyspnée voire déclenchement d'asthme professionnels...

Les poussières de bois les plus fines atteignant le poumon ont des effets sur la santé particulièrement graves : les lésions provoquées sont définitives et peuvent engendrées des maladies respiratoires évolutives et incurables comme la fibrose pulmonaire, qui altère le fonctionnement des poumons, entraîne une détresse respiratoire de manière définitive et réduit considérablement l'espérance de vie. Elles restent néanmoins relativement rares, contrairement aux cancers qui, eux, représentent 80% des maladies professionnelles reconnues comme étant liées aux poussières de bois et peuvent se révéler plusieurs dizaines d'années après l'exposition 5.

Poussières toxiques : tableau des maladies professionnelles

Figure 3 : tableau des maladies professionnels -  Source : Régime général, tableau 47

Selon la taille des particules inhalées, il peut s'agir de cancers de la cavité nasale, des sinus paranasaux (espaces intérieur et périphérique de la cavité nasale), du nasopharynx (partie supérieure de la gorge, derrière le nez) ou encore des poumons :

  • Les cancers naso-sinusiens (cancers primitifs des cavités nasales, sinusiennes ou de l'éthmoïde)

Ils sont provoqués par le dépôt répété des poussières dans les voies respiratoires supérieures : il s'agit généralement ici de poussières de plus de 10 microns. Contrairement à une idée reçue, les poussières ultrafines ne sont donc pas les seules dangereuses pour la santé. Selon l'Institut de Veille Sanitaire (InVS), en France, 45% des cancers des fosses nasales et des sinus de la face seraient attribuables à une exposition professionnelle aux poussières de bois. Par ailleurs, leur diagnostic est souvent tardif, les symptômes correspondant à ceux d'une irritation classique à laquelle les professionnels concernés sont habitués.

  • Les cancers broncho-pulmonaires, plus communément appelés cancers du poumon Inférieures à 10 microns, les poussières de bois pénètrent dans la trachée et les bronches. D'après un article paru dans la Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique en 2019, les hommes exposés à la poussière de bois plus de 5 % de leur temps de travail ont un risque élevé de cancer du poumon, qui augmente avec la durée d'exposition. Le type de bois ne semble pas avoir d'impact, mais les métiers du bois travaillant toujours sur différentes essences, ce point est plus complexe à prouver. En revanche, l'utilisation ou non de machines ne modifie pas le risque.

Selon Jack Siemiatycki, chercheur de l'Université de Montréal, dans une étude publiée par la revue Environmental Health et appuyée sur les cas de cancers dans la région de Montréal entre 1979 et 1986, puis entre 1996 et 2001, l e risque de cancer du poumon est de 40 à 70 % plus élevé chez les professionnels du bois par rapport au reste de la population.

Poussières toxiques de bois - poumons

Notre vision chez TEQOYA : expérimenter pour mieux protéger les professionnels exposés aux poussières

Face aux effets parfois dévastateurs sur la santé des poussières de bois, nous avons mené une expérimentation chez un ébéniste, pour identifier comment les purificateurs d'air TEQOYA pouvaient aider les métiers du bois à préserver leur système respiratoire. Les résultats observés sont tout à fait satisfaisants : une division par 3 du temps passé dans l'atelier au-delà de l'exposition journalière recommandée par l'OMS.

Pourtant, beaucoup de progrès restent à faire :

  • Pour les métiers du bois
    Les poussières de bois ne sont pas le seul cancérogène auquel ils sont confrontés. Certains d'entre eux - professionnels de l'ameublement, de l'agencement, de la pose... - utilisent également des substances chimiques pour assembler et coller les matériaux et panneaux de bois. Elles émettent notamment des formaldéhydes : plus de 190 000 travailleurs seraient aujourd'hui exposés au formaldéhyde4.
    Même si en Europe, le formaldéhyde est seulement reconnu comme cancérogène possible chez l'Homme, ce classement est en cours de révision. En effet, en France, depuis 2009, le cancer du nasopharynx est reconnu comme maladie professionnelle, sous réserve d'une exposition de 5 ans liée à certains travaux du bois. Depuis 2016, le formaldéhyde a été ajouté aux agents cancérogènes par le Code du travail.
    Le CIRC a quant à lui classé le formaldéhyde cancérogène avéré chez l'Homme dès 2004, estimant disposer d'indications suffisantes pour montrer que le formaldéhyde provoque le cancer du nasopharynx.
    C'est pourquoi, chez TEQOYA, nous travaillons sur une version anti-formaldéhyde de notre purificateur d'air.
  • Pour les métiers de l'industrie manufacturière et de la construction / BTP
    Céramique et porcelaine, cristallerie, bijouterie, fonderie d'art, verrerie, plasturgie, poterie, fabricants de prothèses dentaires, métiers de l'extraction de granulats, tuiles et briques, couverture, soudure, peinture... un grand nombre d'activités sont susceptibles d'être exposées à :
    • Des poussières de silice cristalline, présentes dans de nombreuses roches (grès, granite, sable...) et donc dans des produits comme les bétons, les mortiers, les enduits de façade... Ses effets sur la santé sont particulièrement graves : silicose et cancers pulmonaires.
    • Une exposition au plomb pour plus de 200 000 salariés en France, selon l'enquête Sumer de 2017. Regroupés sous le terme de « saturnisme », les conséquences touchent les systèmes nerveux, digestifs et de reproduction, les reins ou encore provoquent de l'anémie.
  • Pour les artisans-commerçants exposés à des agents sensibilisants
    De nombreux artisans ou métiers du service à la personne : boulangerie, pâtisserie, coiffure, esthétique, métiers du service à la personne, nettoyage, soins... sont confrontés à des agents sensibilisants de nature chimique ou biologique comme la farine. Les conséquences pour la santé sont :
    • Les dermatites de contact, appelées eczéma, qui représentent 70 à 90 % des pathologies cutanées professionnelles avec près de 400 cas sont reconnus en maladies professionnelles chaque année en France.
    • L'asthme, avec environ 150 cas par an reconnus comme asthme professionnel.

Chez TEQOYA, nous souhaitons poursuivre notre démarche expérimentale en collaboration avec des artisans et renouveler la campagne d'analyse menée chez un ébéniste avec un autre corps de métier. Vous êtes boulanger, artiste-peintre, coiffeur... contactez-nous !

Vous souhaitez vous procurer un purificateur d'air TEQOYA tel que celui utilisé pour améliorer la qualité de l'air intérieur dans notre expérimentation chez un ébéniste ?

Retrouvez-le ici et contactez-nous pour toute information complémentaire.

Sources

  1. Enquête SUMER 20171 : Surveillance médicale des expositions des salariés aux risques professionnels, https://www.inrs.fr/media.html?refINRS=TF%20273
  2. Ce paragraphe introductif s'appuie sur les données du Ministère du travail, du plein emploi et de l'insertion : https://travail-emploi.gouv.fr/sante-au-travail/prevention-des-risques-pour-la-sante-au-travail/autres-dangers-et-risques/article/poussieres, de l'INRS : https://www.inrs.fr/risques/poussieres/ce-qu-il-faut-retenir.html et de Santé Publique France
  3. Le terme « bois dur » désigne principalement le bois des feuillus ou celui d'arbres angiospermes (graines protégées par un fruit), à l'opposé du bois tendre, qui provient plus généralement de résineux ou d'arbres conifères (gymnospermes).
  4. Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard : https://www.cancer-environnement.fr/fiches/expositions-environnementales/poussieres-de-bois/
  5. Les informations concernant les cas de cancers sont issues des sources suivantes : Exposition aux poussières de bois et risque de cancer broncho-pulmonaire dans l'étude ICARE, Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique, Volume 67, Supplement 3, May 2019, Page S167 : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0398762019302299 ; Respirer de la poussière de bois peut causer le cancer du poumon : https://www.tvanouvelles.ca/2015/02/10/respirer-de-la-poussiere-de-bois-peut-causer-le-cancer-du-poumon et Estimation du nombre de cas de certains cancers attribuables à des facteurs professionnels en France, Ellen Imbernon, Avril 2003.
 

Informations sur la qualité de l'air et actualités de TEQOYA

Comment fonctionne un ioniseur d'air ?

27 novembre 2021
#L'essentiel  

Les milieux naturels sont riches en ions négatifs. C'est précisément sur ce principe que repose l'ioniseur d'air. Mais savez-vous comment ce système réussit à attaquer les particules de pollution contenues dans l'air intérieur pour purifier de votre maison ?

Lire la suite...

Les purificateurs d'air sont-ils efficaces contre les virus, en particulier le coronavirus ?

20 octobre 2020
#Virus et micro-organismes   #L'essentiel  

Vous avez été nombreux à nous poser la question. Est-ce que le purificteur d'air TEQOYA est efficace contre le COVID-19 ? Nous apportons une réponse détaillée dans notre article.

Lire la suite...

L'éco-responsabilité, de quoi s'agit-il ?

27 octobre 2021
#L'essentiel  

Purifier votre air intérieur tout en protégeant votre santé et la planète, c'est possible. Par la consommation rationnelle d'énergie et des ressources, TEQOYA s'efforce de concevoir des produits respectueux de l'environnement.

Lire la suite...

Voir tous nos articles

Découvrez nos autres articles du blog #Voir tous nos articles #Asthme et allergies#L'essentiel